Neurosciences

Takeda est engagé pour les patients souffrant de pathologies chroniques neurologiques rares et développe de nouvelles alternatives thérapeutiques pour la Narcolepsie avec ou sans cataplexie, l’épilepsie rare (Syndrome Lennox Gastaud – Syndrome Dravet) et d’autres pathologies telles que maladie de Huntington, Parkinson… 

Le Trouble déficitaire de l’attention avec ou sans Hyperactivité est un trouble du neuro développement fréquent chez l’enfant Le TDA/H associe à des degrés variables trois grands symptômes que sont ; l’inattention, l’impulsivité et l’hyperactivité. Les symptômes du TDA/H peuvent devenir un handicap sur l’apprentissage scolaire, la vie familiale et sociale de l’enfant, s’il n’est pas pris en charge le TDA/H peut persister à l’âge adulte.

 

Le TDA/H est un problème de santé publique majeur pour lequel La Haute Autorité de Santé (HAS) a émis des recommandations en 2015 pour s’assurer du dépistage précoce par les médecins de premier recours. Les recommandations de la HAS insistent sur l’intérêt du diagnostic précoce pour assurer une prise en charge dès le début des troubles. La prise en charge est multidisciplinaire avec des mesures psychoéducative, pédagogique, rééducative et sociale, si ces mesures s’avèrent insuffisantes il est possible de faire appel à un traitement médicamenteux.

L’épilepsie recouvre plusieurs maladies neurologiques ayant pour point commun la répétition de crises épileptiques spontanées. Une crise d’épilepsie est une manifestation clinique transitoire, liée à une activité électrique anormale des neurones du cortex cérébral. On peut distinguer schématiquement les crises généralisées, liées à des décharges étendues à l’ensemble du cerveau et des crises partielles ou focales qui trouvent leur origine dans une zone localisée du cerveau. La répétition de crises trop rapprochées ou la prolongation d’une crise peut aboutir à un « état de mal épileptique » nécessitant une prise en charge en urgence. Les causes des épilepsies sont multiples, certaines sont d’origine génétique, d’autres sont la conséquence d’une atteinte cérébrale par une lésion localisée ou un phénomène diffus. Certaines épilepsies restent sans cause déterminée.


Le traitement de l'épilepsie repose sur la prise de médicaments antiépileptiques. Mais pour environ un quart des patients, ces médicaments peuvent être insuffisants avec persistance des crises d'épilepsie. Dans certains cas le régime cétogène peut être proposé. Pour certaines formes d’épilepsie focale une intervention chirurgicale peut être envisagée.
En France, environ 600 000 personnes souffrent d’épilepsie et près de la moitié d’entre elles sont âgées de moins de 20 ans*.

 

* www.inserm.fr