Maladie de Gaucher

La maladie héréditaire de Gaucher appartient au groupe des maladies dites de surcharge lysosomale. D’après les évaluations, 1 personne sur 50 000 est touchée en Europe centrale, ce qui fait de la maladie de Gaucher une maladie rare.

Causes

Dans le cas de la maladie de Gaucher, le corps produit une quantité insuffisante d’une enzyme, la β glucocérébrosidase. Cette carence enzymatique est due à une modification génétique que la personne atteinte a héritée de ses deux parents (héritage autosomique récessif).

Cette carence enzymatique a pour conséquences que le dérivé métabolique nommé glucocérébroside s’accumule dans les cellules du système immunitaire, plus particulièrement dans les macrophages («cellules mangeuses»). Cela entraîne une augmentation du volume des macrophages, que l’on nomme aussi cellules de Gaucher dans ce cas. On trouve des accumulations importantes de cellules de Gaucher principalement dans le foie, la rate et la moelle osseuse, ainsi que dans d’autres organes. Les cellules de Gaucher augmentées peuvent provoquer des troubles du fonctionnement plus ou moins sévères des organes cités.

Symptômes caractéristiques

La rate, le foie et la moelle osseuse sont principalement touchés par l’infiltration de cellules de Gaucher dans les organes. Cela entraîne chez les patients une augmentation du volume de la rate et du foie, ainsi qu’une anémie, un nombre réduit de globules blancs et un nombre réduit de plaquettes.

Chez les patients, l’infiltration de la moelle osseuse est accompagnée de troubles du système squelettique tels que des fractures, des déformations et des troubles de la croissance chez les enfants. Dans de rares cas, la maladie se manifeste également au niveau du système nerveux central; dans ce cas, on parle de la forme neuropathique. Dans cette forme de la maladie, des lésions cérébrales sévères peuvent se produire, provoquant la mort dès les premières années de vie.

L’atteinte des organes internes et la sévérité de l’évolution de la maladie sont très variables dans le cas de la maladie de Gaucher. Dans la forme non neuropathique nettement plus fréquente, qui touche 95% des patients, les symptômes tels qu’une augmentation du volume du foie et de la rate, l’anémie ainsi qu’un nombre réduit de plaquettes n’apparaissent souvent qu’à l’âge adulte.

Diagnostic

Une augmentation du volume du foie et de la rate accompagnée de modifications de la formule sanguine et symptômes osseux correspondants peut indiquer une maladie de Gaucher. Le diagnostic peut être confirmé par la mesure de certaines valeurs sanguines, une analyse de la moelle osseuse, la mesure de l’activité de l’enzyme β-glucocérébrosidase ou la détection directe de l’anomalie génétique dans le cadre d’une analyse ADN à partir d’un échantillon sanguin ou d’une carte de sang sec. Une analyse du placenta ou du liquide amniotique peut permettre aux femmes enceintes de savoir si le fœtus est atteint de cette maladie.

Traitement

Deux options thérapeutiques sont disponibles pour le traitement de la maladie de Gaucher: le traitement de substitution enzymatique (TSE ou TRE) et le traitement par inhibition de substrat ou de réduction de substrat.

Le traitement de substitution enzymatique consiste à remplacer l’enzyme absente ou défectueuse β glucocérébrosidase en administrant le médicament aux patients sous forme de perfusions toutes les deux semaines. Ainsi, les glucocérébrosides stockés dans les macrophages, les «cellules mangeuses», peuvent être décomposés. Actuellement, on dispose de deux substances différentes pour le traitement de substitution enzymatique (TSE ou TRE).

Le traitement par inhibition de substrat ou de réduction de substrat consiste en administrant une substance qui permet d’inhiber la formation de glucocérébrosides et de diminuer ainsi leur accumulation dans le dérivé métabolique. Cette option thérapeutique n’est pas autorisée en Suisse.

D’autres options thérapeutiques sont en cours de développement.

C-ANPROM/CH//0530-03/2020