Maladie de Fabry

La maladie de Fabry est une maladie métabolique héréditaire progressive qui affecte plusieurs systèmes d’organes tels que les reins, le cœur et le système nerveux. Les hommes tout comme les femmes sont concernés par la maladie de Fabry. Les symptômes apparaissent dès le plus jeune âge et augmentent progressivement. Chez les patients non traités, l’espérance de vie est raccourcie d’environ 20 ans chez les hommes et de 15 ans chez les femmes.

La maladie de Fabry apparaît relativement rarement: environ un nouveau-né sur 40 000 est susceptible d’être touché par la maladie. Comme ce trouble est très rare, peu de médecins connaissent cette maladie. C’est pour cette raison — et également, car les symptômes multiples des personnes touchées ressemblent à ceux d’autres maladies — que le diagnostic correct est souvent fait tardivement.

Causes

Dans le cas de la maladie de Fabry, un gène sur le chromosome X est modifié. Cela implique que les patients sont totalement dépourvus de l’enzyme alpha-galactosidase A ou qu’ils en produisent trop peu. Les métabolites s’accumulent alors dans différents types de cellules et affectent le fonctionnement de nombreux organes.

Symptômes caractéristiques

La maladie de Fabry peut affecter différents organes et entraîner des troubles très différents. Les symptômes peuvent se manifester au niveau des reins, du cœur, du système nerveux, de la peau, des yeux, de l’ouïe et du tractus gastro-intestinal. Les principaux symptômes et complications sont les suivants:

  • Douleurs de type convulsion ou brûlures chroniques aux mains et aux pieds ainsi qu’au nez, au menton et aux oreilles.
  • Angiokératomes sur la peau: petites taches rouges à bleu-noir, plates ou légèrement en relief, en particulier dans la zone située entre le nombril et le genou.
  • Coloration crème, turbidité spiralée de la cornée de l’œil.
  • Arythmie cardiaque, douleur et oppression dans la région du cœur, insuffisance cardiaque.
  • Lésions rénales, qui peuvent conduire à la dialyse.
  • Altération des vaisseaux sanguins du cerveau, accident vasculaire cérébral.
  • Nausées, vomissements, crampes abdominales.

Les troubles liés à la maladie de Fabry sont très variables; il est presque impossible de prévoir l’évolution de la maladie de chaque patient. Dans l’évolution classique de la maladie, les premiers signes apparaissent dès l’enfance ou l’adolescence et se développent d’abord de manière à peine perceptible et discrète. Les modifications importantes des organes se produisent généralement entre 30 et 40 ans. Pour le pronostic et la qualité de vie des patients, il est très important que la maladie de Fabry soit diagnostiquée tôt et traitée avant que les organes des patients ne soient endommagés de manière irréversible.

Diagnostic

La détection de la maladie est possible grâce à un examen biochimique du sang. Dans certains cas un échantillon de tissu est prélevé et des tests génétiques moléculaires sont effectués.

Chez les patients masculins, on prélève un échantillon de sang qui est analysé pour déterminer le taux d’activité de l’enzyme alpha-galactosidase A. Si le taux d’enzyme est très bas, la maladie de Fabry est très probable. L’activité enzymatique peut être mesurée à l’aide d’un kit DBS (Dried blood spot). Chez les patientes féminines, la mesure de l’alpha-galactosidase A n’a qu’une signification limitée. On obtient un résultat sûr à l’aide d’une analyse de laboratoire du matériel génétique.

La maladie de Fabry est une maladie héréditaire qui reste souvent non détectée pendant longtemps. En cas de diagnostic chez un membre de la famille, tous les autres parents par le sang devraient aussi envisager une consultation médicale. En effet, plus la maladie est dépistée et traitée tôt, plus les conséquences éventuelles peuvent être évitées.

Possibilités de traitement:

Le traitement de la maladie de Fabry commence généralement par l’apparition des symptômes.
Actuellement, deux options de traitement sont disponibles en Suisse:

  • Traitement de substitution enzymatique (TSE): l’enzyme manquante est administrée dans les veines par perfusion toutes les deux semaines.
  • Thérapie par chaperon: pour les patients présentant certaines mutations génétiques, une thérapie par chaperon (comprimés) peut également être envisagée.

C-ANPROM/CH//0530-03/2020