Activer l’accessibilité Activer l’accessibilité

Maladies métaboliques rares

Maladies métaboliques rares

Takeda dispose d’une expérience solide dans le développement de traitements pour les maladies de surcharge lysosomale (LSD), avec un portefeuille qui comprend des produits commerciaux, des thérapies en phase avancée et des médicaments en passe d’être lancés sur le marché. Parce que les maladies génétiques et métaboliques rares ont des symptômes très différents et peuvent évoluer différemment d’une personne à l’autre, nous encourageons l’éducation et la sensibilisation au niveau mondial et collaborons avec des institutions médicales et des organismes de recherche. Nous nous employons à réduire le délai entre l’apparition des symptômes et le diagnostic et à accélérer le développement de nouvelles thérapies innovantes. La maladie de Fabry, la maladie de Gaucher et la maladie de Hunter constituent le domaine thérapeutique central des maladies métaboliques rares.

Maladie de Fabry

Maladie de Fabry

La maladie de Fabry est une maladie métabolique héréditaire progressive qui affecte plusieurs systèmes d’organes. Les hommes tout comme les femmes sont concernés par la maladie de Fabry. Les symptômes apparaissent dès le plus jeune âge et augmentent progressivement. Les symptômes affectent en général les reins, le cœur et le cerveau. En savoir plus

 

 

Maladie de Hunter

Maladie de Hunter

La maladie de Hunter — également nommée mucopolysaccharidose de type II (MPS II) — est une maladie héréditaire rare potentiellement mortelle. Elle représente un sous-groupe des maladies de surcharge lysosomale et est extrêmement rare. Elle touche environ 1 personne sur 150 000 dans le monde. En savoir plus

 

 

 

Maladie de Gaucher

Maladie de Gaucher

La maladie héréditaire Gaucher est l’une des maladies dites de surcharge lysosomale les plus fréquentes. D’après les évaluations, 1 personne sur 50 000 est touchée en Europe centrale. La maladie porte le nom de Philippe Gaucher (1854-1918), un dermatologue français qui a décrit pour la première fois la maladie chez une femme en 1882. En savoir plus

C-ANPROM/CH//0530-03/2020